Par Asako Okai, Assistante Secrétaire Générale et Directrice du Bureau des Crises du PNUD 

--- Image caption ---

Le Coronavirus couvre la planète

Cela me préoccupe profondément de penser aux pays avec beaucoup moins d'infrastructures et de préparation. Un arrêt pour contenir le virus et «aplatir la courbe» semble bien différent dans le sud global que dans le centre-ville de Manhattan. Selon l'Organisation mondiale de la santé, le coronavirus s'étend sur toute la planète, avec une présence dans plus de 200 pays et territoires.

Si cette crise n'est pas maîtrisée et résolue rapidement, elle entraînera des crises sociales, économiques et politiques catastrophiques, et les cicatrices pourraient durer des années. Considérez que de nombreux pays sont sur le point de renverser les gains de développement des deux dernières décennies en quelques semaines ou mois. Une grande partie de cet impact se fera sentir dans des endroits déjà confrontés à de graves crises humanitaires en raison des conflits, des catastrophes et des changements climatiques. L’économie mondiale risque de toucher 1 billion de dollars américains en 2020 et ceux qui ne disposent pas déjà de protection sociale, soit un peu plus de la moitié de la population mondiale, seront dans une situation beaucoup plus grave.

Nous devons aider les pays à mettre en place une approche globale pour relever les défis qui vont au-delà du secteur de la santé, à la fois pour limiter la propagation du COVID-19 et pour atténuer l'impact potentiellement dévastateur sur les personnes et les économies vulnérables.

Préparez-vous, répondez et récupérez

S'appuyant sur sa vaste expérience sur le terrain, l'ONU a coordonné un plan directeur pour atténuer l'impact humanitaire du coronavirus. Le Plan mondial de réponse humanitaire (HRP) COVID-19 de 2 milliards de dollars qui a été lancé cette semaine se concentre sur trois priorités: contenir la propagation de la pandémie; lutter contre la détérioration des droits de l'homme, de la cohésion sociale et des moyens de subsistance; et protéger et aider les réfugiés, les personnes déplacées, les migrants et les communautés d'accueil particulièrement vulnérables à la pandémie.
Le rôle du PNUD sera particulièrement important. Nous apporterons un soutien crucial aux systèmes de santé, aux moyens de subsistance, à l'engagement communautaire et à la cohésion sociale des pays, nous aborderons les problèmes liés à la stigmatisation et à la discrimination, et assurerons la protection des droits humains fondamentaux, de la justice et des besoins de sécurité des personnes et des communautés vulnérables. Nous tirerons parti de notre expérience en réponse à l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest et de notre partenariat de longue date avec le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme pour aider les 51 pays couverts par le HRP à protéger, répondre et se rétablir.
Au-delà du HRP, cependant, notre travail a déjà commencé. À Madagascar, avec la Banque mondiale, l'UNICEF et le Programme alimentaire mondial, nous aidons à développer une initiative de protection sociale innovante pour soutenir les groupes vulnérables dont les moyens de subsistance sont confrontés à un risque de plus en plus grand.

Au Liban, notre Unité de gestion des catastrophes intégrée au Cabinet du Premier ministre apporte un soutien direct au gouvernement dans la gestion et la coordination de cette crise, grâce à un «centre de crise» entièrement équipé que nous avons aidé à mettre en place en 2015. Un centre de ce le genre est critique dans des moments comme celui-ci.

Ou considérons l'Afrique, où nous allons non seulement aider à l'achat d'équipements médicaux essentiels, y compris les équipements de protection individuelle, les ventilateurs et les kits de test, mais aussi développer des stratégies pour réparer le contrat social entre l'État et les citoyens et réaliser des messages publics plus efficaces sur le Virus du COVID-19. Un besoin critique à cette phase de la crise est de restaurer la confiance du public dans les institutions gouvernementales.

Agir rapidement et avec audace

Notre présence dans environ 170 pays et territoires nous permet non seulement d'agir rapidement et avec audace, mais aussi de planifier et éventuellement de prévenir d'autres types de crises pouvant survenir à la suite de la pandémie. Il s'agit notamment de la vulnérabilité accrue des femmes et des filles à la violence, d'une discrimination accrue à l'égard des migrants, des réfugiés et des personnes déplacées, des manifestations de masse et une dégradation générale de la loi et de l'ordre.

Nous travaillons sans relâche pour adapter, dans la mesure du possible, nos programmes existants pour répondre à cette crise. L'objectif est de proposer des solutions nouvelles et innovantes qui soient complètes, équitables et inclusives, afin que personne ne soit laissé pour compte. Les pays du monde entier ont accompli des progrès incroyables vers la réalisation de leurs objectifs de développement durable depuis 2015 et nous voulons que cela se poursuive au cours de la prochaine décennie.
Le PNUD est déterminé à empêcher COVID-19 d'effacer ces progrès dans le cadre d'une réponse intégrée des Nations Unies. Mettons en place des anticorps de gouvernance pour inoculer les pays les plus touchés par cette pandémie. Agissons tous ensemble maintenant.

Icon of SDG 03 Icon of SDG 11

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Algérie 
Aller à PNUD Global