De gche à dte: Mme Blerta Aliko, Représentante Résidente du PNUD en Algérie et Monsieur Mahmoudi, Directeur Général des Forêts. crédit photo: PNUD Algérie

Monsieur le Représentant du Ministère des Affaires Etrangères

Monsieur Le Directeur Général des Forêts,

Monsieur le Directeur Général de l’Environnement et du Développement Durable

Mesdames et Messieurs les représentants des différents départements ministériels,

Madame la Directrice Nationale du Projet,

Honorable assistance

 

C’est pour moi un honneur d’être pour la première fois présente parmi-vous et de prononcer ces quelques mots à l’occasion de la tenue de cet atelier qui permettra de mesurer le chemin parcouru et nous projeter dans l’avenir après des années d’efforts afin d’élaborer une stratégie nationale et un cadre juridique et institutionnel sur l’accès aux ressources génétiques et le partage juste et équitable des avantages.

Comme nous le savons tous, le Protocole de Nagoya est d’une importance stratégique et l’Algérie l’a bien compris en étant parmi les premiers pays à y apposer  sa signature, car il fournit un mécanisme de transparence, mais aussi un cadre légal régissant les relations entre fournisseurs et utilisateurs de ressources génétiques et des connaissances traditionnelles allant dans le sens de la valorisation et de la  préservation des richesses naturelles que recèle votre pays  ainsi que de leur utilisation durable et rationnelle.

La loi sur les ressources biologiques, adoptée en août 2014 constitue le socle juridique le plus important sur lequel s’est appuyé le projet pour en élaborer les premiers textes d’application qui représentent les éléments fondateurs   du cadre juridique et institutionnel sans lesquels   aucune ratification du Protocole de Nagoya ne sera possible.

Je tiens à souligner que ces résultats n’ont pu être atteints que grâce à ce processus participatif et collaboratif continu que le projet a animé en impliquant les représentants des différents départements ministériels, des institutions et des organismes administratifs techniques et de recherche ainsi que ceux du secteur privé.

Dans le cadre de cette œuvre collective, nous sommes engagés et déterminés, en tant que projet, à apporter toute notre assistance à la promulgation des textes d’application de la Loi sur les ressources biologiques et à contribuer à la mise en place de l’Organe national sur les ressources biologiques et à son opérationnalité.

Il va sans dire que les 18 mois restants seront aussi consacrés à l’intensification des efforts en matière de renforcement des capacités et à la sensibilisation des acteurs concernés par l’APA et à la vulgarisation la plus large du cadre juridique et institutionnel qui sera adopté par les autorités gouvernementales.

Je reste convaincu que ce projet permettra au Gouvernement et à tous les acteurs concernés d’avoir une vision plus claire et d’avoir les capacités nécessaires pour prendre en charge l’APA et d’aller vers la ratification du Protocole de Nagoya.

 

Mesdames et Messieurs,

Je terminerai en réitérant, au nom du PNUD et comme l’ont fait mes prédécesseurs, mes encouragements et mon appui à la poursuite de cette démarche collaborative et participative qui a porté ses fruits et qui augure de grandes avancées dans le futur.

Je vous remercie enfin pour votre participation et votre engagement et souhaite plein succès à vos travaux.

 

 


--- Article text goes here ---

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Algérie 
Aller à PNUD Global