Appui à la Participation Politique Effective et Durables des Femmes dans les Assemblées Elués

Synthèse du Projet

La révision du 14 novembre 2008 de la loi fondamentale algérienne a constitutionnalisé les droits politiques des femmes et a abouti à la promulgation de la Loi organique n° 12-03 du 12 janvier 2012 fixant les modalités augmentant les chances d’accès de la femme à la représentation dans les assemblées élues

L’impact de cette loi organique a été positif dans la mesure où elle a conduit à une augmentation de la proportion de femmes à l’Assemblée Populaire Nationale de 31% après les élections de mai 2012, soit une augmentation de 21% par rapport à la législature précédente. Au niveau local, le pourcentage a bondi de 1 à 18 % de femmes élues dans les assemblées locales. L’Algérie est aujourd’hui, le leader dans la région arabe à côté de la Tunisie en termes de représentation des femmes dans les assemblées élues, classée dans les 65 premiers pays à l’échelle mondiale.

Au-delà de l’augmentation en nombre, grâce à l’utilisation de diverses mesures législatives, le rôle et l’impact des représentantes élues doivent être appuyés pour aboutir à un Parlement plus sensibles au genre, de renforcer l’influence sur l’agenda politique et l’activité parlementaire et d’assurer un impact sur la législation et le droit des femmes.

Dans ce cadre, le projet «Appui à la participation politique effective et durable des femmes dans les assemblées élues» a été signé en 2013 par l’Assemblée Populaire Nationale, le Conseil de la Nation, le Ministère des Affaires Etrangères et le PNUD, dans le but de favoriser l’intégration des questions de genre dans le parlement et d’échanger les expériences et les meilleures pratiques en termes de participation significative, efficace et durable des femmes dans les assemblées élues à travers le monde.

Résultats Attendus

· La présence et l'action des femmes élues aux assemblées communales et wilayales sont renforcées.

· La représentation et l'action des femmes élues à l'Assemblée Populaire Nationale sont renforcées.

· De l’appui technique est fourni aux réformes parlementaires introduites par la révision de la Constitution en février 2016, et les capacités des parlementaires sur l’intégration des ODD dans la politique nationale sont renforcées.

· L'impact du système de quotas sur la participation politique des femmes en Algérie est évalué.

· Un mécanisme de coordination et de suivi pour la mise en œuvre de la Déclaration d'Alger est établi.

Résultats atteints

· En décembre 2013, la conférence internationale sur « la participation effective et durable de la femme dans les assemblées élues » a été organisée, réunissant plus de 120 participants représentant plus de 20 pays (africains, arabes et autres). La conférence a abouti à l’adoption de la Déclaration d’Alger, devenue depuis un document de référence, appelant notamment à « encourager et inciter la femme à investir la vie politique et promouvoir ses droits au niveau des directions politiques dans le poste leadership et à s’engager dans les compétitions électorales, parlementaires et locales, en lui offrant la chance sur le plan politique sociale et économique et fournir aux partis politiques des budgets et des mécanismes de soutien matériel et humain» et comportant 12 recommandations.

· En juin 2015, le réseau algérien des femmes parlementaires a été lancé lors du Forum international des femmes parlementaires de la région MENA et Afrique (Alger).

· Pendant 2015 et 2016, avec la collaboration du MICLAT, un cycle de renforcement des capacités au profit des femmes élues au niveau local a été organisé par le PNUD dans un total de 12 wilayas du pays. Plus de 800 femmes appartenant à ces wilayas.

· Un guide pratique (arabe et français) au profit des élus locaux a été publié, contenant les différents matériels de la formation dispensée lors du cycle de renforcement de capacités avant mentionné.

· En mars 2018, la conférence internationale intitulé « La promotion de la participation politique de la femme, appui essentiel aux processus de réforme politique et du développement durable » a eu lieu, dans le but de donner de la visibilité aux efforts que l’Algérie est en train de faire pour renforcer la représentativité et l’effectivité des femmes au niveau des assemblées élues. Plus de 450 femmes élues (locales et parlementaires) y ont participé. La Conférence a abouti à une liste de treize (13) recommandations qui se sont articulées autour des cadres juridiques institutionnels relatifs à la participation politique de la femme, sa contribution aux assemblées élues et au développement durable et le rôle des acteurs gouvernementaux et non-gouvernementaux dans le renforcement de sa participation politique.

· Une étude a été lancé pour évaluer l’impact de la première expérience du système de quotas dans la participation politique des femmes en Algérie, avec le but d’identifier les changements quantitatifs et qualitatifs que l’adoption du système de quota a déclenchés depuis 2012, et de faire ressortir des recommandations pour renforcer la présence et l’action des femmes au sein des différentes assemblées nationale et locales.

 

Statut:

Ongoing

Date de début de projet:

septembre 2013

Date de fin estimée:

décembre 2019

Domaines prioritaires:

  • gender equality
  • Bureau de projet:

    UNDP in Algeria

    Partenaire d'exécution:

    United Nations Development Programme

    Full project information  

    Funding Support by

    Nom du donateur

  • United Nations Development Pro
  • United Nations Development Fund For Women (un Women)
  • Government Of Algeria
  • Government Of Belgium
  • Government Of Canada
  • Government Of Japan
  • Government Of Netherlands
  • Government Of Norway
  • Government Of Switzerland
  • Foreign Common Wealth Ofice
  • The Department Of Foreign Affairs
  • Trade And Development - Canada
  • Undp Funding Windows
  • Montant attribué

    2 205 329 $

    Prestations pour le dernier exercice comptable

    2019 215 917 $

    2018 682 955 $

    2017 146 252 $

    2016 122 994 $

    2015 662 $

    2014 5 794 $

    2013 273 073 $

    PNUD Dans le monde

    Vous êtes à PNUD Algérie 
    Aller à PNUD Global

    A

    Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

    B

    Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

    C

    Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Cuba

    D

    Djibouti

    E

    Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Eswatini Ethiopie

    G

    Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

    H

    Haïti Honduras

    I

    Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

    J

    Jamaïque Jordanie

    K

    Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

    L

    Laos Lesotho Liban Libéria Libye

    M

    Macédoine du Nord Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

    N

    Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

    O

    Ouganda

    P

    Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

    R

    République dominicaine Rwanda

    S

    Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Syrie

    T

    Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

    U

    Ukraine Uruguay Uzbekistan

    V

    Venezuela Viet Nam

    Y

    Yémen

    Z

    Zambie Zimbabwe