Allocution de M. Eric Overvest, Représentant Résident du PNUD lors du Séminaire International sur l’échange des meilleures expériences en matière de prise en charge et de réinsertion des détenus.

11 avr. 2017

M.Eric Overvest lors de son discours

Monsieur Le Directeur Général de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion ;

Monsieur le Directeur Général des Relations Economiques et de la Coopération Internationale ;

Mesdames et Messieurs les Directeurs les représentants des administrations pénitentiaires de la Tunisie, du Mali, du Tchad, de la Maurétanie et du Niger

Excellences Messieurs les ambassadeurs du Liban et du Royaume Uni et membres du corps diplomatique Mesdames et Messieurs les cadres de l’Administration de la réforme pénitentiaire et de la réinsertion,

Mesdames et Messieurs les représentants des différents départements ministériels ; Chers partenaires, Chers collègues,

Tout d’abord, permettez-moi de remercier les organisateurs, au nom de nos honorables invités, pour l’accueil qui leur a été réservé depuis l’aéroport. En ma qualité de Représentant Résident du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), je suis très heureux de prendre part avec nos partenaires du Ministère de la Justice et de la Direction Générale de l’Administration pénitentiaire et de la Réinsertion en particulier, et avec la coordination avisée du Direction Générale des Relations Economiques et de la Coopération Internationale du Ministère des Affaires Etrangères, et d’accueillir les délégations des pays qui ont manifesté leur intérêt pour l’expérience algérienne en matière de réinsertion sociale des détenus. J’espère que notre rencontre du jour constituera un jalon d’un fructueux programme de coopération sud-sud, dans le domaine de la consolidation de l’état de droit dans lequel s’inscrit notre programme de coopération avec le Ministère de la Justice ainsi que d’autres domaines de partenariat ou les pays du sud pourraient partager leurs expériences et savoir-faire et mutualiser leurs efforts. Le PNUD en Algérie comme ailleurs pourrait jouer le rôle de facilitateur et de mise en synergies entre les différents acteurs.

Et c’est justement dans cette optique que nous accompagnons aujourd’hui l’Administration Pénitentiaire pour partager les réalisations obtenues dans le domaine de la réinsertion et d’identifier les bonnes pratiques pour consolider les avancées considérables atteintes dans ce domaine.

En effet, le Programme des Nations Unies pour le Développement et le Ministère de la justice ont signé, en décembre 2013, leur deuxième partenariat dans le domaine pénitentiaire, à travers le projet « Appui à la réinsertion sociale des détenus ». Ce projet a comme objectif principal de renforcer la prise en charge des détenus en phase intra et post carcérale, en matière de réinsertion sociale et de répondre davantage aux préoccupations et attentes de cette frange de la société qui la plupart du temps souffre de marginalisation.

Il consacre un intérêt primordial au facteur humain pour la mise en place de mécanismes de développement durables, dans la continuité de l’appui du PNUD au projet réalisé conjointement durant la période 2003-2007, en tenant compte du renforcement des capacités et l’introduction d’outils modernes de gestion en impliquant la société civile dans les différentes étapes de réinsertion et en intégrant la dimension genre. Le projet couvre quatre axes d’interventions : 1. Elaboration de programmes adaptés pour la prise en charge individuelle des détenus; 2. Adaptation et extension des services d’évaluation et d’orientation des détenus; 3. Implication avancée de la société civile dans le processus de réinsertion intra et post carcéral des détenus; 4. Echanges Sud-Sud des meilleures pratiques suivies dans le cadre des réformes nationales.

A ce jour, des résultats indéniables ont été obtenus et les présentations prévues durant cette journée, nous permettrons d’en avoir un net aperçu notamment pour ce qui est : a- L’Acquisition de programmes de traitements individuels pour les détenus les plus vulnérables et formation des psychologues de l’administration pénitentiaire algérienne sur l’adaptation et l’implémentation de ces programmes. b- Le renforcement des services d’évaluation et d’orientation à travers l’acquisition d’une série de test psychologiques pour l’amélioration de l’évaluation et du suivi des détenus ainsi qu’à travers des ateliers de formation à l’attention du personnel des Services extérieurs et services d’évaluations. c- La sensibilisation des associations algériennes sur leur rôle dans la réinsertion sociale du détenu à travers des séminaires régionaux et internationaux, des voyages d’études dans les pays modèles et enfin l’édition d’un guide à leur égard. Comme vous le savez tous, le système carcéral est un élément important, même s’il est quelques fois négligé, et constitue une partie de la chaîne de la justice pénale.

Aussi le renforcement des établissements pénitentiaires et amélioration de la prestation des services est indispensable pour la réalisation durable de l’état de droit. Il y a un certain nombre de différentes entités des Nations Unies impliquées dans le domaine de la réforme correctionnelle, chacune selon son mandat et mes collègues Isak Enstrom et Ibrahim Abu Shammalah, spécialistes des questions relatives aux réformes correctionnelles et état de droit, respectivement au siège à New York et au Hub régional pour les Pays arabes à Amman en Jordanie, et qui ont bien voulu être parmi nous aujourd’hui, auront l’occasion de revenir justement sur l’apport des Nations Unies en général et du PNUD en particulier dans le domaine de la réinsertion des détenus et nous exposer, même sommairement les programmes de coopération actuellement en cours de mise en œuvre, dans ce domaine. Il s’agit pour nous tous, réunis aujourd’hui autour de la thématique de la réinsertion sociale des détenus mais également de l’échange et de la coopération sud sud , d’identifier par la suite les pistes de coopération et les programmes de coopération autour des préoccupations communes et des attentes partagées.

Enfin je voudrais souligner que nous nous réjouissons aussi que le Projet Appui à la réinsertion sociale des détenus ait grandement pris en compte le paramètre humain, essentiel pour tout changement durable. En effet consacrer autant d’efforts à améliorer la condition de personnes tant marginalisés que vulnérables, notamment par les actions dédiées à la prise en charges des détenus femmes ou mineurs est à l’honneur de l’Algérie. Le travail que nous avons aussi accompli avec la société civile est remarquable et doit impérativement se poursuivre pour amener ces organisations à se placer en tant que partenaire solide et de confiance dans la réinsertion. Saisissons l’occasion de ce riche programme d’échanges, pour tirer profit des meilleures expériences, mais aussi pour renforcer toutes les formes de partenariats visant à répondre aux besoins des plus faibles et des plus démunis.

Enfin cette rencontre me permet de rappeler à notre partenaire notre disponibilité et notre engagement à poursuivre le chemin qu’on a commencé ensemble dans la réforme de la justice de manière globale et de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion de façon particulière. Continuons dans la prise en charge individuelle et psychologique du détenu. Accompagnons les associations qui le souhaitent dans leur spécialisation dans le domaine de la réinsertion du détenu ; Faisons des Services extérieurs et des services d’évaluation et d’orientation mis en place en Algérie un modèle au niveau régional. Je vous remercie

De gche à droite: SEMonsieur l'Ambassadeur du Liban et SEM l'Ambassadeur de Grande BretagneDe gche à droite: SEMonsieur l'Ambassadeur du Liban et SEM l'Ambassadeur de Grande Bretagne