Discours de Mme Sophie De Caen, Administratrice Assistante Adjointe et Directrice Adjointe du Bureau Régional du PNUD pour les Etats Arabes

6 mars 2016

Mme Sophie De Caen lors de son discours à l'ouverture de la Journée Nationale de Sensibilisation aux Objectifs de Développement Durable

 

 

Discours de Mme Sophie De Caen

Administrateur Assistante Adjointe

Et Directrice Adjointe, Bureau Régional pour les Etats Arabes

Programme des Nations Unies pour le développement

Au nom de

Helen Clark

Administrateur du PNUD

6 mars 2016

Conseil National Economique et Social

 

Monsieur le Président du Conseil économique et Social ;

Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement (on nommera les ministres présents)

Monsieur le représentant du Ministère des Affaires Etrangères,

Excellences Mesdames et Messieurs les ambassadeurs,

Mesdames et Messieurs les parlementaires

Mesdames et Messieurs les représentants des médias

Chers collègues du Système des Nations Unies

Bonjour,

C’est un honneur pour moi que d’être ici présente aujourd’hui parmi vous et de m’adresser à votre honorable assistance au nom de l’Administratrice du PNUD, Mme Helen Clark, sur l’importance de ce Séminaire Nationale de sensibilisation du public sur les objectifs de développement durable et leurs implications dans les politiques publiques.

Je remercie le Président du Conseil National Economique et Social, M. Babes et le Ministère des Affaires étrangères, M Ramtane Lamamra  pour cette opportunité.

Ce séminaire de haut niveau intervient à un moment critique. Avec l'adoption de "Transformer Notre Monde : l'Agenda 2030 pour un Développement Durable» et l’ensemble des 17 Objectifs de Développement Durable avec ses 169 cibles, les États membres se sont engagés à éradiquer la pauvreté sous toutes ses formes ; de lutter contre les inégalités ; à construire des sociétés pacifiques, inclusives, et résilientes, en s’assurant de l'avenir de la planète et le bien-être des générations futures.

L'Agenda 2030 est un agenda audacieux, ambitieux et inclusif. C’est un programme universel, qui appelle à ne laisser aucun pays ni aucune personne derrière. Sa mise en œuvre est l'affaire de tous, dans tous les pays quel que soit le niveau de revenu et de développement.

Ensemble avec les récents accords historiques conclus l'année dernière (le Cadre de Sendai pour la Réduction des Risques de Catastrophe ; le Programme d'Action d'Addis-Abeba sur le Financement du Développement ; l'Accord de Paris sur les Changements Climatiques), l'Agenda 2030, est amené à façonner les politiques de développement dans le monde entier pour les 15 années à venir.

Il intervient également à un moment critique pour la région Arabe. La région des Etats arabe caractérisée par une extrême diversité des situations nationales, avec plusieurs pays en crise et d’autres sur la voie de la stabilité.  Les priorités à l'échelle régionale comprennent la nécessité de renforcer la résilience aux changements climatiques et les crises crées par l’homme lui-même, de mieux gérer les ressources naturelles, celle d'investir dans l’autonomisation des femmes et l'emploi des jeunes et d’œuvrer en faveur de sociétés plus inclusives, et d’atteindre et maintenir la paix afin de permettre aux gens, aux communautés et aux pays de prospérer maintenant et dans l'avenir. Tous ces éléments figurent au premier plan dans ce nouveau programme de développement mondial tout comme ils sont au sommet des priorités régionales.

Permettez-moi de saisir cette occasion pour exprimer ma profonde appréciation des contributions de l'Algérie aux processus consultatifs qui ont façonné ces résultats positifs.

Une contribution essentielle a été d’abriter le Symposium International de haut niveau sur le Développement humain et la Société du bien-être à l’ aune l'Agenda post-2015, organisé conjointement par le Conseil National Economique et social d'Algérie et le PNUD en juin 2014.

Au niveau national, le gouvernement algérien a également été un acteur clé dans les consultations nationales de l'après-2015 organisée par le système des Nations Unies à Alger, sur le renforcement des capacités institutionnelles pour la production de données et de la communication.

Tandis que nous nous dirigeons vers la mise en œuvre de l'Agenda 2030, permettez-moi également de féliciter le gouvernement algérien pour son engagement, à présent inscrit dans la constitution algérienne, à promouvoir la parité entre les hommes et les femmes sur le marché du travail, et la promulgation d’une nouvelle loi criminalisant toutes formes de violence à l’égard des femmes et des filles.

Mesdames et Messieurs,

Pour l'Algérie et tous les États membres, le moment est venu de traduire les ambitions de l'Agenda 2030 et les ODD en des stratégies nationales réalisables et cohérentes, avec des politiques et des objectifs clairs, et des cadres de redevabilité inclusifs et solides.

Ce n'est pas une tâche facile. Le changement transformationnel sur terrain nécessite un degré similaire de changement dans l'élaboration, le suivi et l'évaluation des politiques publiques. Permettez-moi de souligner brièvement certaines des principales dimensions du défi à cette fin :

• Tout d'abord, l'une des caractéristiques qui définissent le nouvel agenda est la reconnaissance du fait que les dimensions économiques, sociales et environnementales du développement durable sont étroitement liées. Cela implique que les politiques soient cohérentes entre les différents secteurs d’intervention et entre les différents niveaux de gouvernement.

• Deuxièmement, il y a nécessité d'améliorer la base des données probantes dans l'élaboration des politiques, la transparence et la redevabilité grâce à de nouvelles mesures et de processus de suivi solides. Cela exige des efforts pour améliorer la disponibilité, la qualité, l'accessibilité et l'analyse des données.

• Troisièmement, l'universalité du nouvel Agenda implique que les personnes et les groupes de tous les horizons soient véritablement engagés dans la formulation, la mise en œuvre et de suivi-évaluation des politiques publiques basées sur les ODD.

L'événement d'aujourd'hui est un exemple de ce genre d'engagement, et pour lequel le Conseil doit être félicité.

 

• Enfin, les politiques publiques pour la réalisation des ODD doivent non seulement répondre aux circonstances et des priorités nationales, elles doivent également être « tournées vers l'extérieur » et intégrer les défis mondiaux tels que la lutte contre le changement climatique, la prévention et résolution des conflits violents,  les déplacements forcés et prolongés, le contrôle des maladies transmissibles ; la stabilité financière et économique et la lutte contre le chômage en particulier pour les jeunes.

À cet égard, je félicite le Conseil pour le Rapport sur le développement humain pour l’Algérie 2013-2015, appuyé par le PNUD Algérie, qui reconnaît les jeunes hommes et les femmes algériennes comme de puissants agents de changement et fournit des options politiques importantes sur la façon de responsabiliser davantage les jeunes à atteindre un avenir durable pour eux-mêmes et les générations futures.

Appui du GNUD - MAPS

Dans ce contexte et face à cette complexité, les États membres ont appelé à juste titre à un soutien coordonné, intégré et cohérent du système de développement des Nations Unies pour la mise en œuvre de l'Agenda 2030 et les ODD.

Aujourd'hui, vous entendrez parler de l’approche ‘MAPS’, qui s’articule autour de trois piliers: l’Intégration, l’Accélération, et le Soutien aux politiques. Le MAPS est l'épine dorsale de la réponse du PNUD et du système de développement des Nations Unies à cet appel.

• En ce qui concerne l’Intégration, un objectif important du séminaire d'aujourd'hui, nous travaillons avec les pays afin d’adapter et intégrer les ODD dans les plans, les politiques, les budgets ainsi que les systèmes statistiques nationaux et locaux.

Ce travail est déjà en cours dans environ 20 pays à travers le monde, y compris en Algérie, où la préparation du système statistique de l'Algérie par rapport au suivi des ODD est en cours d'analyse. Je suis ravi de voir que le séminaire d'aujourd'hui sera l'occasion de discuter des résultats de cette importante entreprise.

• En matière d’Accélération, le système des Nations Unis peut tirer parti de son expérience avec l'accélération des OMD au cours des cinq dernières années, et aider les pays à identifier les obstacles et les goulots d'étranglement dans la réalisation des progrès et de trouver des solutions qui pourraient accélérer les progrès simultanément sur plusieurs cibles des ODD.

• Grâce à l'appui aux politiques, nous nous engageons à fournir une politique coordonnée et de l'expertise technique aux pays, dans la poursuite de solutions politiques intégrées aux défis du développement durable, en tirant parti des connaissances et de l’expérience programmatique de toutes les agences du Système des Nations Unies..

Appropriation, partenariats, innovation et redevabilité, y compris grâce à des données et des analyses de qualité, sont des thèmes qui recoupent les trois composantes de l'approche.

Mesdames et Messieurs,

Grâce à ce Séminaire de haut niveau, l'Algérie montre une nouvelle fois sa volonté d'approfondir et de renforcer son cadre stratégique pour la réalisation du développement durable dans toutes ses dimensions, engageant tous les segments de la société algérienne dans la conversation.

L'équipe de pays des Nations Unies, y compris le PNUD et institutions sœurs, sont prêts à soutenir cet effort important, en étant confiants également que l'expérience algérienne catalysera des efforts similaires dans d'autres pays de la région des Etats arabes, à travers le continent africain et au-delà, afin de ne laisser personne derrière et à tracer la voie d’un développement durable dans son plus large sens.

 

Je vous souhaite une bonne et productive réunion.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Algérie 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe