xxxxMme Randa Aboul-Hosn, Représentante résidente adjointe lors de son discours©wilaya de Bordj Bou Arréridj

Discours de Mme Randa Aboul Hosn, Représentante Résidente Adjointe du PNUD en Algérie lors de la Formation des Femmes Elues

19 sept. 2015

 

Monsieur Abdesamie Saidoun,  Wali de Bordj Bou Arréridj

Monsieur le Président de l’Assemblée Populaire de la Wilaya  

 Mme la Directrice de la Gouvernance locale au  niveau du Ministère et ses collaborateurs

Mesdames les élues, Mmes et Messieurs les représentantes du peuple
Mesdames, Messieurs les représentants des médias,
Mmes les formatrices et expertes

Chères collègues,

Je suis très heureuse de me retrouver dans cette magnifique ville qui à première vue recèle des potentialités économiques et surtout humaines considérables.

Aussi, je remercie vivement nos partenaires le Ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales et le Ministère des Affaires Étrangères pour m’en avoir donné l’opportunité.

Ce cycle de renforcement des capacités des élues de la wilaya de Bordj Bou Arréridj qui intervient après celui des élues de Skikda, la semaine dernière, s’inscrit dans le cadre d’un programme d’appui à la participation politique effective et durable des femmes dans les assemblées élues.

Ce programme a été menée jusque-là avec les parlementaires et comme vous devez le savoir a abouti en juin dernier au lancement du réseau des parlementaires algériennes.

Auparavant, il a permis de donner naissance à la Déclaration d’Alger en décembre 2013, laquelle déclaration est devenue aujourd’hui un document de référence dans la région, en matière de représentation des femmes dans les assemblées élues mais aussi dans l’ensemble de la sphère publique.

Je voudrais exprimer notre fort engagement à continuer à travailler avec les élues et le Gouvernement pour la promotion de l'égalité des genres, en apportant notamment l'appui et l'expertise demandée en vue de renforcer les efforts de l'Algérie pour une représentation effective et durable des femmes dans les assemblées élues.

Le PNUD, dont un des domaines communs prioritaires est celui de promouvoir le leadership et la participation politique des femmes, a depuis longtemps appuyé en Algérie, les initiatives institutionnelles et de la société civile allant dans ce sens. Son appui, notamment technique, au Parlement dans la construction de cette seconde étape s'inscrit dans cette continuité.

A travers le monde, les Nations Unies appuient les efforts nationaux pour une participation politique effective des femmes et visent à faire à la fois des élections locales et nationales libres et équitables pour les femmes ; Appuyer les organisations féminines de la société civile pour faire avancer les intérêts des femmes, Renforcer la responsabilité pour les droits des femmes dans les institutions publiques, appuyer les femmes leaders en politiques à élargir leur influence.

 De plus, le rôle des femmes dans le processus démocratique est soulignée dans la résolution de l'Assemblée générale de 2011 sur la participation politique des femmes ( A/RES/66/130 ) , qui réaffirme « que la participation active des femmes , sur un pied d'égalité avec les hommes, à tous les niveaux de prise de décision, est essentielle à la réalisation de l'égalité , le développement durable , la paix et la démocratie ".Les droits politiques, économiques sociaux et culturels des femmes sont partie des droits de l'homme.

La moyenne mondiale de la représentation de la femme au Parlement est de 21.3 % selon les statistiques de l'Union Parlementaire Internationale de 2013. La femme est loin derrière dans la représentation politique dans la plupart des régions du monde. Des dizaines d'expériences d'avancement dans la participation publique et politique des femmes dans le monde ont démontré les possibilités effectives qu'une femme a pour ne plus être considérée comme une ressource non exploitable pour le leadership. Toutefois la moyenne mondiale est loin d'atteindre les 30% de la masse critique proposée par la Plateforme de Beijing en 1995, vingt ans après.

Avec un taux de 31,6 % des sièges occupés à l'Assemblée Populaire Nationale, les statistiques placent l'Algérie au 26e rang selon la classification mondiale de l'Union Interparlementaire, devançant ainsi avec la Tunisie les autres pays de la région MENA, devenant la plus forte représentation dans la région arabe.

Les élections législatives et locales de 2012, grâce à la loi obligeant la participation féminine, ont permis une percée remarquable des femmes au sein des assemblées élues. La loi organique du 12 janvier 2012 y a grandement contribué. La représentation des femmes à l'Assemblée Populaire Nationale est passée de 8% durant la législature précédente, à 31,6% dans l'actuelle chambre. Elles représentent 29,69% dans les assemblées populaires locales. Ces acquis devraient être soulignés, et surtout préservés.

Avant de conclure mon propos, je voudrais remercier vivement les expertes qui ont fait tout ce chemin pour partager avec nous leur inestimable expérience sur les thématiques objets de ce cycle de renforcement de capacités. 

Je voudrais aussi remercier notre partenaire dans le financement de ce programme à savoir le royaume de la Norvège, qui nous accompagne dans ce programme depuis son lancement en 2013 et dont contributions financières nous ont permis d'atteindre les progrès réalisés à ce domaine. 

En vous souhaitant plein succès, je me tiens à souligner que si je dois vous quitter pour d’autres obligations, je suivrais de près les recommandations et conclusions qui ressortirons tout au long de ces journées.


Merci.

 

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Algérie 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe