Discours de Randa Aboul-Hosn lors de l'Atelier d'Information sur le Projet APPA

15 mars 2015


Mesdames et Messieurs,


C’est un réel plaisir de me retrouver aujourd’hui parmi vous, nous voilà aujourd’hui réunis à nouveau pour démarrer la concrétisation d’une requête du Gouvernement algérien reçue suite à l’atelier organisé sous l’égide de la Direction Générale des Forêts en avril 2013,(un mois après mon arrivée en Algérie J), le Premier Atelier Maghrébin sur le Protocole de Nagoya relatif à l’accès aux ressources génétiques et au partage juste et équitable des avantages liés à leur utilisation. Un atelier qui a permis un échange entre les pays participants sur les enjeux du Protocole de Nagoya et du Mécanisme APA.


Mesdames et Messieurs,


Le Protocole de Nagoya a été adopté en octobre 2010 au Japon par la 10ème Conférence des Etats Partis à la Convention sur la diversité biologique .Il est entré en vigueur en octobre 2014 lors de la 12ème COP de la CDB. Ce Protocole de Nagoya est d’une importance stratégique, il fournit un mécanisme de transparence, mais aussi une certitude légale pour les fournisseurs et les utilisateurs des ressources génétiques et la connaissance traditionnelle associé.


 L'Algérie a été le deuxième pays qui a signé le Protocole de Nagoya sur l'APA (Février 2011) mais ne l’a pas encore ratifié, elle a également signé et ratifié plusieurs conventions internationales sur l'environnement, je citerai à titre d’exemple : la Convention sur la Diversité Biologique, la Convention sur les Changements Climatiques, la Convention de Ramsar sur les Zones Humides, le Protocole de Carthagène sur la Biosécurité.  Elle dispose également d'un ensemble diversifié de lois et de règlements touchant ces domaines mais le renforcement du cadre national juridique et institutionnel, permettant la conservation et valorisation des ressources génétiques est plus que jamais nécessaire. 


Un ensemble de normes spécifiques doit être développé et mis en œuvre, soit à travers une loi spécifique à l’APA ou en renforçant le cadre juridique existant comme la loi sur les ressources biologiques adoptée en juillet 2014 pour préserver la richesse biologique nationale et le combat contre son exploitation non contrôlée.


Ce Projet vient donc au bon moment, il cherchera à consolider toutes les actions déjà entreprises par le Gouvernement algérien pour une conservation et utilisation durable des ressources génétiques ainsi que des connaissances traditionnelles associées.   Je n’irai pas dans les détails actions prévues dans le projet, je laisserai les experts le faire ;


Je souhaiterai juste vous réitérer que le PNUD et pas seulement que lui, la FAO, La GIZ dont nos collègues sont présents aujourd’hui avec nous et que je salue, seront toujours là à vos côtés pour vous soutenir et vous appuyer pour respecter vos engagements vis-à-vis des conventions et pour préserver ce capital naturel irremplaçable dans le respect des lois et des règlements.


Merci