Promouvoir l'Aquaculture dans les Zones Saharienne

8 mai 2018

Un séminaire sur la Promotion et le Développement de l’Aquaculture dans les zones saharienne a été organisé les 8 et 9 mai 2018 dans la Wilaya d’El Oued par la Direction Générale de la Pêche et de l' Aquaculture (DGPA) et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) avec la Contribution de la Chambre Nationale de la Recherche et de Développement de la Pêche et l'Aquaculture (CNRDPA), de la Chambre Algérienne de la Pêche et de l’Aquaculture (CAPA),   de la FAO, de l 'ONUDI et DIVECO (Union Européenne).

Placé sous le parrainage du Ministre de l'Agriculture, du Développement Rural et de la Pêche, le séminaire a été honoré par la présence du Wali de la Wilaya d’El Oued, du Représentant Résident du PNUD et Coordonnateur Résident du SNU en Algérie, des représentants des agences de la FAO, de l'ONUDI et de DIVECO (Union européenne en Algérie) et des représentants de la CNRDPA, de la CAPA, d'experts internationaux de la FAO et de DIVECO, d'associations, de dispositifs d'aide, de financement et d'assurance (ANSEJ, CNAC, ANDI, ANGEM, BADR, CNMA, SAA), des agriculteurs, des investisseurs et des enseignants et chercheurs.

Lors de son discours, M. Overvest est revenu sur l’importance du PNUD et des agences onusiennes dans l’appui aux efforts du Gouvernement à travers un apport en expertise et formation « le PNUD avec l’appui de la FAO et l’ONUDI participe aux efforts du Ministère de l’Agriculture, du Développement Rural et de la Pêche à travers la mise à disposition d’un large réseau d’expert et de partage d’expériences internationales visant à renforcer les capacités de mise en œuvre des politiques de développement » et a ajouté que «Diversification de l’économie, sécurité alimentaire, équilibre territorial ,création d’emplois et d’opportunités dans un contexte de durabilité tels sont les grands axes de notre travail sur lesquels nous nous inscrivons aujourd’hui à travers l’organisation de ce Séminaire».

Monsieur Taha Hammouche, Directeur Générale de la Pêche et de l’Aquaculture a loué dans son allocution inaugurale « les efforts déployés dans le développement de l’aquaculture dans le sud, à l’instar de la Wilaya de Ouargla qui a enregistré plus de 3000 tonnes de poisson-chat » il a également déclaré que «  le nombre d’investissement dans l’aquaculture a atteint jusqu’à maintenant 100 projets entre projets réalisés et en cours de réalisation…..le secteur a enregistré cette année encore le lancement de 40 nouveaux projets. Le programme dressé par l’administration du secteur vise à atteindre 20 tonnes de produits d’élevages dans les eaux douces dans le moyen terme. Ceci en exploitant toutes les potentialités hydriques et aquacoles à travers le territoire national, notamment dans le sud du pays qui s’étend sur 2,4 millions de km², soit 87% de la superficie totale du pays et qui recèle d’importantes ressources fossiles d’eaux souterraines, estimées à plus de 40 000 milliards de m3 ».

Quatre ateliers thématiques se sont tenus rassemblant de nombreux promoteurs et investisseurs dans le domaine de l'Aquaculture et des représentants de la Direction de la Pêche et de l'Aquaculture, du CNRDPA, de CAPA ainsi que des experts internationaux. Les thématiques discutées lors des tables rondes concernent :-Les Intrants dans la filière de l'Aquaculture. - L'intégration de l’Aquaculture à l'Agriculture. -La Commercialisation des Produits de l'Aquaculture d’eau douce.- Le Développement de l'Entreprenariat"

Cette rencontre entre dans le cadre de la stratégie d’accompagnement du secteur de la pêche et de l’aquaculture dans la promotion et le développement de ces filières, notamment l’aquaculture saharienne. Elle vise la promotion de la pêche artisanale et les activités aquatiques en milieu saharien ainsi que la vulgarisation de ses activités connexes telles que la conservation, la transformation et la commercialisation du poisson produit et la mise en place d’une feuille de route pour le développement de l’aquaculture saharienne. L’aquaculture est donc un axe primordial du plan de développement des activités de la pêche et de l’aquaculture prôné par l’administration du secteur de la pêche et de l’aquaculture dans le but de renforcer et de varier la production actuelle issue essentiellement de la pêche marine. Le développement de l’aquaculture constitue ainsi un élément important dans la dynamique économique que connaissent ces régions, notamment dans le domaine de l’agriculture. Parmi les objectifs visés, c’est surtout de dresser un état des lieux des potentialités que recèlent les régions sahariennes en matière de développement de l’aquaculture, de valoriser et optimiser les ressources hydriques par la promotion de l’aquaculture. Encourager les agriculteurs et porteurs des projets à investir dans ce créneau à travers des Succès Stories dans le domaine de la pisciculture, échanger les expériences nationales et étrangères en la matière et débattre des contraintes liées au développement de cette activité en milieu saharien sont également des objectifs à atteindre.

Au terme des riches débats durant lesquels les promoteurs et les investisseurs ont posé d'Innombrables questions, des recommandations ont été récoltées et ont fait l'objet d'une lecture en plénière pour adoption.

Des visites d'exploitations aquacoles dans la région de Djema et Merara, de la Wilaya d'El Oued ont également été organisées dans le cadre du Séminaire sur la Promotion et le Développement de l'Aquaculture dans zones saharienne.

 

Les résultats encourageants enregistrés ces dernières années en matière de réalisation de projets d’aquaculture d’eaux douces dans le Sud Algérien, notamment les projets d’intégration de la pisciculture à l’agriculture prédisent d’un bon avenir pour cette filière.

Pour rappel, le projet intitulé « Appui à la formulation de la Stratégie de la Pêche et de l’Aquaculture (avec une attention particulière sur la pêche artisanales) et le lancement d’actions prioritaires préparatoires » a été signé en 2013 entre le Gouvernement Algérien, représenté par le Ministère des Affaires Etrangères, le Ministère de l’Agriculture, du Développement Rural et le PNUD.

 

 

 

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Algérie 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe