Un Cadre Juridique pour la protection des Ressources Génétiques de l’Algérie

20 sept. 2017

En février 2011, l’Algérie a été parmi les premiers pays a signer le Protocole de Nagoya. Le Protocole de Nagoya sur l'Accès aux ressources génétiques et le Partage juste et équitable des Avantages (APA) découlant de leur utilisation et des connaissances traditionnelles associées a été adopté par la Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique lors de sa dixième réunion le 29 octobre 2010 à Nagoya, au Japon.

C’est dans ce cadre qu’a été organisé le 20 et 21 septembre 2017 à Alger le 1er Atelier National de concertation sur la revue du cadre juridique et institutionnel sur l’Accès aux Ressources Génétiques et le Partage Juste et Equitable des Avantages découlant de leur Utilisation par le Ministère de l’Agriculture, du développement Rural et de la Pêche à travers la Direction Générale des Forêts en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Des experts internationaux et nationaux, des représentants de plusieurs départements ministériels, des universitaires, des écoles, Centre de recherches, agences nationales, ainsi que des représentants des secteurs publics et de la société civile étaient présents à cet atelier pour se concerter et présenter des recommandations.

Lors de son discours d’ouverture le Représentant résident adjoint du PNUD, M. Carrié a souligné l’importance de cet atelier : «  L’élaboration et la mise en place d’un cadre juridique relatif à l’APA contribuera à résoudre plusieurs défis en matière de gestion et de conservation de la biodiversité en Algérie en vue de la conservation et de l’utilisation durable de a biodiversité, la gestion et la conservation des ressources biologiques et génétiques ainsi que la sensibilisation des parties prenantes. »

L’APA qui prend en charge l’un des trois piliers de la convention sur la diversité biologique, a pour objectif de mettre fin à la bio-piraterie des ressources génétiques grâce à une réglementation internationale adéquate de nature à superviser les échanges et à codifier le travail de recherche scientifique et de commercialisation des procédés d’exploitation mis en place.

L’objectif de cet atelier est de  passer en revue le cadre législatif et institutionnel actuel et faire ressortir les lacunes en vue de la proposition d’un nouveau cadre plus adapté et susceptible de conserver et de valoriser les ressources génétiques en conformité avec le Protocole de Nagoya ; Lancer la préparation d’une stratégie nationale de communication, d’éducation et de sensibilisation des parties prenantes et du grand public sur l’intérêt qu’il y a lieu d’accorder aux ressources génétiques et aux connaissances traditionnelles ; Lancer une étude sur les connaissances, attitudes et pratiques (CAP) en vue de définir les besoins en renforcement des capacités des parties prenantes publiques et privées.   

 

Cet atelier de deux jours entre dans le cadre d’un projet signé le 20 décembre 2015 entre le Ministère de l’Agriculture, du Développement Rural et de la Pêche à travers la Direction Générale de la Forêt et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et financé par le Fonds Mondial pour l’Environnement (FEM).

APPA3
APPA4
APP5
APPA5
APPA6
APPA2