Désarmement et Droits Humanitaires : La Lutte contre les Mines Antipersonnel une priorité pour le Développement

24 mai 2017

De gche à dte : M.Djaouadi, Président de l''Association Nationale pour la défense des Victimes des Mines, M. Eric Overvest, Représentant résident du PNUD, M. Rachid Bladehane, Directeur Général de la DGAPSI, Ministère des Affaires Etrangères, Colonel Gherabi, Directeur National du projet, Ministère de la Défense. Crédit photo : PNUD Algérie/Nassima Benzitouni

 

L’Algérie classée en tête des programmes de déminage humanitaire

Le 1er Décembre 2016, en conformité avec l’article 5 de la convention d’Ottawa sur les mines antipersonnel, l’Algérie a déclaré avoir formellement exécuté son Plan national de travail pour la période de prolongation 2012/2017, adopté par la 11éme Assemblée des Etats parties 28/11, et rempli toutes les obligations relatives.

624 millions d’hectares de l‘espace connu sous le nom de « barrage Morice et Challe »  ou « Lignes Morice et Challe »traversant, les wilayat d’El Tarf, de Guelma, de Souk Ahras et de Tébessa à l’Est ainsi que de Tlemcen, Naâma et Béchar à l’Ouest, minés durant la colonisation française en Algérie, ont été libérés.

L’hécatombe engendrée par les mines anti-personnel qui se trouvaient à l’intérieur de ce barrage a eu un impact humain considérable non seulement durant la guerre de libération Nationale avec 4 830 victimes mais à continuer à faire d’autres victimes aussi après l’indépendance avec 2 830 2470 victimes.

Le mercredi 24 mai 2017 a eu lieu la cérémonie de clôture du projet d’appui du PNUD des Nations Unies à l’Algérie en matière d’action anti-mines en partenariat avec le Ministère de la Défense Nationale au siège du Ministère des Affaires Etrangères. Etaient présents à cette cérémonie de clôture, le Représentant résident du PNUD en Algérie, Monsieur Eric Overvest, le Directeur Général de la DGAPSI au Ministère des Affaires Etrangères, M. Rachid Beladehane, le Représentant du Ministère de la Défense Nationale et Directeur National du Projet, le Colonel Ahcene Gherabi, le Président de l’Association Nationale pour la défense des Victimes des Mines, Monsieur Mohamed Djouadi ainsi que les représentants des principaux partenaires à ce projet de l’Ambassade du Canada et du Royaume de Belgique, d’Handicap International, du Ministère des Moudjahidines et du Ministère de la Solidarité Nationale, de la Famille et de la Condition de la Femme.

L’Algérie a ratifié en 2001, la Convention d’Ottawa - sur l’interdiction des Mines Antipersonnel - et a mis en place une autorité nationale chargée du suivi de la mise en œuvre de ladite Convention. Il est à noter que l’Algérie avait, dès la ratification de la Convention d’Ottawa, à son actif 25 ans de travaux de nettoyage des terres et autant sur l’assistance aux victimes. En 2006, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a signé un projet d’appui pour accompagner cette stratégie dans le cadre des obligations de la Convention d’Ottawa.

M. Beladehane lors de son intervention d’ouverture a souligné les résultats positifs du projet : «  Ce projet a permis d’éradiquer la menace que posaient les mines antipersonnel aux populations civiles mais a également rendu possible la reconversion des terrains minés et interdits en zones productives au service du développement » et d’ajouter que « l’un des axes de ce projet réside dans son approche socio-économique et didactique à travers l’élaboration d’un programme d’éducation et de prévention des risques par mines, la formation dans le domaine de la sensibilisation aux dangers des mines antipersonnel et le développement d’activités d’assistance aux victimes des mines. L’Algérie se félicite qu’aucune nouvelle victime n’ait été enregistrée depuis avril 2010. »

Pour sa part le Représentant résident du PNUD, Monsieur Eric Oververt a félicité l’Algérie : « pour les progrès réalisés en matière de déminage et de prise en charge des victimes durant plusieurs décennies…et sa position de leadership dans l’atteinte des objectifs dans les délais requis par la Convention sur l’Interdiction des mines antipersonnel » et n’a pas manqué de remercier les Gouvernements de Belgique, de la Suède et du Canada « pour leur engagement et leur participation financière qui ont beaucoup contribué à l’aboutissement des objectifs du projet ».

 

Pour rappel, le projet intitulé «  Appui  des Nations Unies à l’Algérie en matière d’action anti-mines » signé en 2006 entre le Ministère de la Défense, le PNUD et le Ministère des Affaires Etrangères avait pour objectif de réaliser une étude d’impact socioéconomique des mines antipersonel en Algérie ; renforcer les capacités d’officiers de l’Armée Nationale Populaire (ANP) dans les opérations liées au déminage ; de mettre en place un programme d’éducation et de sensibilisation aux risques des mines antipersonnel et la formulation et mise en œuvre d’une stratégie nationale et d’un plan opérationnel contre les mines.

yjhzsyhqsRemise à M. Eric Overvest, d'un sigle représentant les armoiries de l’Algérie conçu à partir de la fonte des restes de mines prélevées sur terrain par les éléments de l’ANP. Crédit Photo: PNUD Algérie/Nassima Benzitouni
Mines3Représentants de l'Ambassade du Canada, de la Belgique, Représentante d'Handicap International et des Ministères de la Solidarité Nationale des Moudjahidines. Crédit photo: PNUD Algérie/Nassima Benzitouni