Développement Local : Dix (10) Wilayas Pilotes concernées par le Projet Capdel

26 févr. 2017

Atelier de Lancement du Projet Capdel à Djemila.Crédit photo: PNUD Algérie/ Merouane Arim

Améliorer les conditions de vie des citoyens en renforçant leur participation dans la démocratie locale et le développement de leur collectivité est l’objectif principal du Programme Capdel, lancé à Timimoun, la semaine dernière, puis à Djemila (Sétif), le dimanche 26 février.

Le CapDeL a démarré ses activités au niveau national au mois de janvier 2017. En plus de Timimoun et Djemila, il couvrira 8 communes - Ghazaouet (Tlemcen), Ouel Ben Abdelkader (Chlef), Tigzirt (Tizi Ouzou),  Djanet (Illizi),  Djemila (Sétif), El Khroub (Constantine), Beni Maaouche (Bejaia), Babar (Khenchla) - ou des ateliers participatifs de lancement sont prévus dans les prochaines semaines.

Ces ateliers de lancement permettent, dans chaque commune, de présenter le CapDeL aux acteurs locaux, publics et privés, et d’intégrer leur vision de ce Programme.

La cérémonie d’ouverture qui s’est déroulé dans la Commune de Djemila a vu la présence de plusieurs personnalités dont, le Wali de la Wilaya de Sétif, Monsieur Nacer Maaskri, le Président de l’Assemblée Populaire Communale de Djemila, Monsieur Lakhdar Bouharoud, de la Sous Directrice de la Coopération Bilatérale, représentant le Ministère de l’Intérieur et des Collectivités Locales, Madame Amel Benallal, du représentant de la Direction Générale Europe du Ministère des Affaires Etrangères, Monsieur Redouane Mouhoub,  Madame Isabelle Ribot, représentant l’Union Européenne en Algérie, de Monsieur Eric Overvest, Représentant Résident du PNUD et Coordonnateur résident du SNU en Algérie ainsi que de nombreux cadres locaux.

Monsieur Mohamed Dahmani, Directeur National du Projet Capdel a souligné, en ouverture de la journée, que « l’implication de la société civile en tant que partenaire dans des projets de développement local,  permet de mettre en place des mécanismes de coopération qui renforceront une confiance mutuelle  entre les différents acteurs et consolideront la cohésion sociale » avec une attention particulière aux femmes et aux jeunes « afin de permettre leur intégration politique, sociale, économique et culturelle ».Il a également expliqué que ce sont les acteurs locaux, selon les principes de la démocratie participative, qui fixeront les priorités de la commune en matière de développement. 

 

Monsieur Eric Overvest,  quant à lui, a tenu à souligner que « le PNUD, à travers ce programme, soutient la volonté du Gouvernement d’avancer vers une stratégie nationale de développement local et de renforcer la démocratie participative » à travers « l’identification des outils et méthodes à même de contribuer à asseoir les bases d’une gouvernance communale concertée, transparente et attentive aux besoins et attentes des citoyens, en particulier des jeunes et des femmes et d’un développement humain local intégré, selon une approche systématique » avant de conclure  « c’est un beau programme qui pourrait contribuer à impulser une nouvelle dynamique de développement local en Algérie ».

Capdje1