Un cadre juridique pour protéger les ressources naturelles de l’Algérie

14 nov. 2016

De gche à dte: M. Mahi, Représentant du MAE, M. Eric Overvest, Représentant Résident du PNUD en Algérie. M. Abdelfettah, Directeur Général des Forêts ©PNUD Algérie/Nassima Benzitouni

Pendant des millénaires  les plantes et les animaux et donc les ressources génétiques dont ils sont composés ont fait l’objet d’échanges entre les pays. Ces produits associés aux connaissances traditionnelles entourant leurs propriétés ont enrichis  les peuples et les sociétés.

A partir de ces ressources génétiques et ces savoirs traditionnels plusieurs produits peuvent être fabriqués dans les domaines de l’industrie pharmaceutique, de la biotechnologie, de l’industrie cosmétique, de l’agriculture et bien d’autres domaines.

Afin de préserver ces nouvelles richesses naturelles provenant des ressources génétiques, l’Algérie,  à travers son Ministère de l’Agriculture, du Développement Rural et de la Pêche/Direction Générale des Forêts, a lancé un vaste projet innovant en collaboration avec le Fonds Mondial pour l’Environnement (FEM) et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), d’une durée de 4 ans, permettant la mise en place d’une stratégie nationale ;d’un cadre juridique et institutionnel, le developpement et le renforcement des capacités nationales de recherche et des institutions de réglementations.

La cérémonie officielle du lancement de ce projet intitulé « Stratégie Nationale et Cadre Juridique et Institutionnel sur l’Accès aux ressources génétiques et le Partage juste et équitable des Avantages découlant de leur utilisation et des Savoirs Traditionnels Associés en conformité avec la Convention sur la diversité biologique et son Protocole de Nagoya » communément appelé (APA), s’est déroulée les 14 et 15 novembre 2016, à Alger en la présence du Directeur Général des Forêts, M. Abdelmaled Abdelfettah, du Représentant résident du PNUD en Algérie, M.Eric Overvest, du représentant du Ministère des Affaires Etrangères et a vu aussi la participation de plusieurs représentants de départements Ministériels, Instituts et centres de recherches scientifiques, de la société civile, du secteur privé ainsi que d'experts nationaux et internationaux.

Lors de son discours d’ouverture, M. Abdelfettah a souligné l’importance qu’accorde l’Algérie à la préservation de son environnement  « l’Algérie a été l’un des premiers signataires du Protocole de Nagoya sur l’accès aux ressources génétiques et au partage juste et équitable des avantages liés à leur utilisation et des connaissance traditionnelles ou APA. », il n’a pas manqué de mentionner la contribution du PNUD « Cette démarche a été  encouragée et soutenue par l’assistance, technique et financière du  PNUD.. » et aussi d’ajouter « Une stratégie et un cadre national APA adapté ouvriront, de grandes opportunités et de grands avantages pour le secteur de la  recherche/développement, pour l’investissement productif et la création d’emplois, et, participer, ainsi, avantageusement à la politique nationale de diversification économique et au développement humain ».

Monsieur Eric Overvest est revenu, pour sa part, sur toutes les avancées de l’Algérie en terme de signature des conventions internationales sur l'environnement et a insisté sur la portée du Protocole de Nagoya « …d’une importance stratégique car il fournit un mécanisme de transparence, mais aussi une certitude légale pour les fournisseurs et les utilisateurs des ressources génétiques et la connaissance traditionnelle associé » il a également précisé que ce projet «  fournira toute l’assistance et l’expertise technique nécessaire, nationale qu’elle soit ou internationale, pour consolider les actions déjà entreprises par le Gouvernement …..et… contribuera au renforcement des capacités de tous les acteurs nationaux, et à tous les niveaux, qui seront responsables de l’application des règles et principes APA ».

L’atelier de lancement de ce projet, financé par le FEM, le Gouvernement algérien et le PNUD a été l’occasion d’ouvrir un premier dialogue national, autour de la problématique autour de l’accès aux ressources génétiques et le partage des avantages découlant de leur utilisation ainsi que les connaissances traditionnelles associées en conformité avec la Convention sur la Diversité Biologique (CDB) et le Protocole de Nagoya sur l’APA pour pouvoir définir une feuille de route et un plan d’action pour 2017-2019.

 

                                           

Par Nassima Benzitouni, Communication Unit

nassima.benzitouni@undp.org

Téléphone : 00 (213) 661400660

APA6Participant à l'atelier de lancement du Projet APA ©PNUD/Algérie