LANCEMENT D’UN FORUM DE FEMMES PARLEMENTAIRES EN ALGERIE

14 juin 2015

Le 14 et 15 juin 2015, s’est tenue à l’Assemblée Populaire Nationale algérienne (APN) une rencontre internationale organisée par le Parlement algérien en collaboration avec ONU Femmes et le PNUD au cours de laquelle différentes expériences sur les forums de femmes parlementaires ont été présentées afin d’apporter des éléments complémentaires aux efforts de création d’un forum de femmes parlementaires en Algérie ; Et ceci, à travers un échange de bonnes pratiques et de leçons apprises.

Cette rencontre a été ouverte par le Président du Parlement, Mr Mohamed Larbi Ould Khelifa, à l’initiative des Vice-Présidentes du Parlement, Mme Amel Deroua et Mme Zahira Belatoui suivie de l’intervention de la Coordinatrice Résidente du Système des Nations Unies et Représentante résidente du PNUD en Algérie, Mme Cristina Amaral et enfin de la représentante du Bureau Multi-Pays Maghreb d’Onu Femmes, Mme Leila Rhiwi.

Cette rencontre s’est clôturée le 15 juin par une annonce officielle, faite par la Vice-Présidente de l’APN portant sur la création d’un forum des femmes parlementaires en Algérie.

Ainsi, au cours de ces deux jours, a honorée de sa présence la Reine  de la Principauté de Jogjakarta, Présidente du Caucus des Femmes Parlementaires  d’Indonésie, des Parlementaires représentantes de forums venues du Brésil, d’Espagne, d’Indonésie, du Maroc, du Rwanda et enfin du Sénégal et ainsi ont partagé leurs expériences.  Elles ont toutes réaffirmé l’importance de ces forums. Ils sont une réponse à la faible proportion des femmes dans les parlements. Ils leur permettent de faire entendre leur voix, de développer leur solidarité et de mieux contribuer aux travaux parlementaires. Ils instaurent une collaboration multipartite en unissant les femmes de différents groupes politiques autour de sujets sur lesquels elles s’accordent, en particulier ceux liés à la promotion de l’égalité des droits et des chances entre les hommes et les femmes. Ces forums facilitent l’intégration de la dimension de genre dans le travail et les structures des parlements.

La question de la forme que peuvent prendre les forums a également été abordée. Certains forums sont informels et d’autres formels et disposent de règles d’organisations. Au Rwanda, le « Forum des Femmes Rwandaises Parlementaires » était informel jusqu’en 2005, mais cela ne l’a pas empêché de réaliser des résultats probants de par son action au sein du Parlement. Bien entendu, les prérogatives de ces forums peuvent aussi varier. Certains forums disposent d’un pouvoir législatif, c’est le cas en Espagne. La « Commission pour l’Egalité » de la Chambre de Députées dispose d’un pouvoir législatif qui contribue au développement du travail des femmes parlementaires espagnoles.

En fait, il n’existe pas de typologie fixe de forum, « il y a un éventail de possibilités sur la structure et l’organisation » dira Mme Begona Lasagabaster (Head, Director of Policy Division, ONU Femmes).

Les obstacles à la constitution et au fonctionnement des forums ont été aussi soulevés. Certains font face à un manque de légitimité et à une marginalisation au sein du Parlement, en raison du poids des stéréotypes au sein des parlementaires hommes et femmes et du poids de la division sexiste du travail qui handicapent, souvent, le travail des femmes parlementaires.  Ainsi, les forums doivent tout le temps lutter contre les idées préétablies sur la condition de la femme afin d’obtenir une légitimité de leur action.

C’est en ce sens que la collaboration avec des hommes parlementaires, sympathisants de valeurs égalitaires, est nécessaire et constitue un atout majeur. Cette collaboration doit se transformer en  un partenariat effectif.

Lors des débats une question était récurrente : les appartenances partisanes des parlementaires constituent-elles un frein à la constitution de forums ? L’expérience de Mme Athanasie Gahongodo Vice-présidente de la «Commission juridique du Forum des femmes parlementaires rwandaises » a montré toute l’étendue de la solidarité principielle des parlementaires rwandaises à un moment crucial de leur histoire. En effet, au lendemain du génocide rwandais, douze femmes membres du Parlement de transition, bourreaux et victimes de ce massacre se sont rassemblé «pour parler d’une même voix, sans tenir compte de ce qui pouvait constituer un facteur de division » pour défendre les droits des femmes au cœur d’une société en reconstruction. Cette expérience démontre que les femmes peuvent et doivent se rassembler afin de promouvoir leurs droits au-delà de leurs oppositions/appartenances politiques.

Sur les questions liées aux appuis techniques et au soutien financier ( à certains moments), les intervenantes ont rappelé le rôle important joué par la société civile, les organisations internationales , en général, et les agences des Nations Unies ayant un mandat sur les questions de leadership et de participation politique des femmes, comme ONU femmes et le PNUD. Mme Awa Gueye, du Sénégal, n’a pas manqué d’insister sur l’appui substantiel (technique et financier) dont avait bénéficié le «Collectif des femmes parlementaires sénégalaises » de la part des agences des Nations Unies.

Enfin, cette rencontre a contribué à l’atteinte d’un résultat, celui de l’annonce de la création d’un forum de femmes parlementaires, en Algérie ; femmes parlementaires qui représentent actuellement pas moins de 31% du total des élus.

Une feuille de route à suivre pour la constitution de ce forum de femmes parlementaires a été déroulée par la Vice- Présidente à la fin de la rencontre. Elle est composée de 7 étapes principales qui ont été énoncées de la façon suivante :

1. « (…) considérant les femmes parlementaires algériennes, présentes avec nous aujourd’hui, membres fondatrices du réseau ;

2. Un Bureau exécutif de transition de 9 membres sera constitué afin de travailler sur le développement de la Charte, la vision, la mission, les objectifs, et identifier les enjeux et les actions prioritaires du réseau (…) ;

3. Un plan d’action réalisable indiquant les activités spécifiques, le calendrier, les indicateurs de succès, les rôles et les responsabilités sera développé (…) ;

4. Des directives pour l’élaboration de comités spécialisés au sein du forum seront développées ;

5. Des organisations gouvernementales et non gouvernementales, des parties politiques, des centres de recherches, des organisations régionales et internationales, mais aussi des partisans de l’égalité des genres au sein du Parlement (commissions) seront identifié afin de renforcer l’efficacité du réseau.

6. Des mécanismes de communications internes et externes seront établis afin d’assurer plus de transparence et un égal accès aux informations pour tous les membres du forum

7. Les relations avec la société civile et les médias seront stimulés à travers des mécanismes appropriés. »

Le noyau de femmes parlementaires à l’origine de cette initiative se donne entre 6 à 12 mois pour parachever la constitution de ce forum à travers la réalisation de ces sept étapes.

 

 

 

 

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Algérie 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe