Participation des Femmes Arabes dans la Sphère Publique

7 avr. 2014

Un Programme Intégré pour les Pays Arabes

Une importante délégation algérienne composée de représentants du gouvernement, de représentants de la société civile, du Parlement, du secteur de la justice et des droits de l’Homme ainsi que du Bureau du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) à Alger, a pris part à un atelier de consultations de haut niveau, organisé par le Bureau régional du PNUD pour les Etats arabes (RBAS), les 5 et 6 avril 2014, à Amman en Jordanie.

L’atelier portant sur le « Renforcement de la contribution effective des femmes arabes dans la sphère publique » s’est fixé comme objectif pour les trois années à venir, à travers un programme régional intégré appelé « Mosharaka », d’identifier des pistes de travail visant à réduire les inégalités et les contraintes affectant l’épanouissement de la femme dans les pays arabes, notamment les pays en transition ou en post-conflit.

Réformes juridiques et politiques, mécanismes d’égalité du genre, participation politique et décisionnelle de la femme, paix et Islam (discussion dominée par la résolution 1325 du conseil de sécurité), politiques économique, entreprenariat et leadership économique et droits des femmes dans l’Islam ont été les principaux thèmes débattus et décortiqués par les participants lors de cet atelier.


Des délégations de 14 pays de la région MENA étaient parmi l’assistance. Etaient également présents Mme Sima Bahous, M. Mourad Wahba, le Centre Régional du Caire (RCC) , Mme Samira Tuijeri, Directrice régionale de ONU Femmes, la Secrétaire Générale adjointe de la ligue Arabe, Mme Haifaa Abou Ghazala, le célèbre homme d’affaires d’origine palestinienne Talal Abou Ghazala, des experts sur la question du Genre, des universitaires. Tous n’ont pas manqué de mettre en lumière les réalisations effectuées dans le domaine de l’autonomisation des femmes et leur participation politique dans les pays de la région et d’identifier les actions à entreprendre pour hisser les standards dans la région.

Dans son discours d’ouverture, la Directrice de RBAS, Mme Sima Bahous, n’a pas manqué d’évoquer l’importance de la participation des femmes dans les processus de prise de décision et de gestion des affaires publiques, comme un gage pour un développement effectif : « nous avons appris de l'expérience d'autres régions du monde que donner la chance aux femmes d’occuper des positions de leadership dans tout les domaines de la vie publique et leur participation politique nécessitent un soutien aussi bien pour les mesures spéciales que provisoires et des actions positives pour accroître la participation des femmes, que ce soit par voie électorale ou nominative, comme preneurs de décisions dans les institutions publics. » et de souligner « Cette stratégie a donné des résultats prometteurs dans le monde entier et même dans certains pays arabes comme l'Algérie, seul pays arabe où la proportion des femmes au parlement dépasse le seuil de trente (30) pour cent, un taux considéré comme la masse critique pour les femmes d'être influente dans le domaine législatif.”.

A noter que les participants à cet atelier ont manifesté un intérêt particulier à la Déclaration d’Alger relative à la participation politique effective et durable des femmes dans les assemblées élue, issue de la Conférence qui avait été tenue à Alger en décembre 2013, organisé par le Parlement Algérien, le PNUD et ONUFEMMES.

Mme Sima Bahous, Directrice de RBAS en session bilatérale avec Mme Nouara Djaffer, Sénatrice AlgérienneMme Sima Bahous, Directrice de RBAS en session bilatérale avec Mme Nouara Djaâfer, Sénatrice Algérienne©Farida Kebri