Atelier de lancement - Conservation de la Biodiversité dans les Parcs Culturels en Algérie

8 oct. 2013

Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) en collaboration avec le Ministère de la Culture ont organisé du 4 au 7 octobre 2013 à Tamanrasset (Algérie) l’atelier de lancement de la 2ème phase du projet «Conservation de la Biodiversité d’intérêt mondial et utilisation durables des services Eco-systémiques dans les parcs culturels en Algérie ».
L’ouverture de cet atelier s’est déroulée en présence du Wali de la Wilaya de Tamanrasset, des représentants du Ministère des Affaires Etrangères et du Ministère de la Culture, des représentants des différents secteurs du Gouvernement, les Directeurs des 5 Parcs culturels, des experts et spécialistes ainsi que la Représentante résidente du PNUD.

Au cours de la première phase du projet (de 2004 à 2010), le PNUD et le Fond de l’Environnement Mondial (FEM) ont axé leurs interventions sur les parcs culturels du Tassili N’Ajjer et de l’Ahaggar pour mettre en œuvre une série de mesures en faveur d’une initiative de conservation de la biodiversité afin de garantir des avantages environnementaux d’intérêt mondial dans ces deux Parcs.

Les résultats positifs de la première phase ont permis de réviser le projet dans sa deuxième phase dans la perspective des nouvelles réalités, celles d’élargir les interventions sur trois nouveaux parcs culturels, qui sont les Parcs culturels de Tindouf, de l’Atlas Saharien et de Touat Gourara Tidikelt, d'intégrer les enseignements tirés de la première phase et de répondre aux doubles priorités de la biodiversité et de la dégradation des sols, avec un financement à hauteur de US $ 27 millions et s’étalant sur une durée de 7 ans.

Ce projet répond directement aux priorités stratégiques fixées par l’Algérie en matière de développement durable, tout en incluant une valeur fondamentale pour la survie des populations de ces régions à savoir la dimension culturelle. Cette dimension culturelle se traduit par une participation effective des populations locales dans la prise de décision, dans la gestion de la biodiversité tout continuant à utiliser leur savoir-faire ancestrale.

Enfin, la réalisation de ce projet va permettre de préserver la biodiversité des parcs du Sahara, ses populations aux traditions millénaires, sa nature grandiose ainsi que la richesse de sa faune et de sa flore. Un Patrimoine mondiale de l'humanité à préserver pour les générations futures...