Restitution finale des travaux d’experts de la phase I du projet de Réforme du marché financier en Algérie – évaluation et conception

5 déc. 2012

La restitution finale des travaux d’experts engagés depuis octobre 2011 dans la phase I du projet de réforme du marché financier algérien s’est tenue mercredi 5 décembre 2012 à l’hôtel El Aurassi, en présence des institutions partenaires au projet, des entreprises et intervenants de marché, des sociétés cotées ainsi que des représentants nationaux et internationaux intéressés par le développement du secteur économique et financier en Algérie.

Monsieur Mamadou Mbaye, représentant résident du PNUD a ouvert la séance en remerciant le Directeur National de projet et son équipe ainsi que les experts pour le travail « d’envergure et de qualité » qui a été fourni en un an et demi à peine. Il a rappelé le lien nécessaire entre le marché financier et le développement de l’économie : « Au regard des prospectives de développement économique du pays, de sa volonté exprimée de diversifier son activité et de la demande institutionnelle à une plus grande gouvernance dans la gestion des affaires, le marché financier, à l’instar des économies voisines ou lointaines, est un mécanisme incontournable d’un développement économique durable » a-t-il précisé.

Le représentant du Ministère des Finances, Monsieur Mustapha Tamelghaghet, a pris ensuite la parole en précisant les suites qui seront données aux recommandations des experts. Celles-ci seront analysées et validées pour entamer rapidement la deuxième phase de mise en œuvre. Il a rappelé le contexte de promotion de l’investissement dans lequel le projet intervient et le caractère alternatif du financement par le marché, source de capitaux à long terme pour les entreprises.

Monsieur Toufik Djouama, Sous-directeur à la Direction Générale des Relations Economiques et de Coopération Internationales du Ministère des Affaires Etrangères a félicité les partenaires du projet pour les travaux réalisés. Il a assuré l’ensemble des parties prenantes de l’appui et de la coopération continue du Ministère des Affaires Etrangères dans les prochaines phases du projet. Selon le représentant du MAE, les résultats du projet donneront une impulsion aux efforts du gouvernement dans sa stratégie de développement et de diversification de l’économie visant entre autres à réduire sa dépendance aux hydrocarbures.

Le Directeur National de Projet, Monsieur Samir Degaichia, a ensuite rappelé le cadre de pilotage et les objectifs du projet, avant de synthétiser les propositions concrètes proposées à l’issue des travaux et donner la parole aux 4 experts internationaux qui ont tour à tour présenté leurs travaux et conclusions (voir présentations ci-jointes) portant sur les 5 axes produits couverts par le projet, à savoir :


1. Modernisation du cadre d’organisation et de fonctionnement du marché
2. Professionnalisation des services d’investissements et identification des métiers manquants
3. Encadrement juridique et règlementaire, visant entre autres la transparence et la protection de l’investisseur
4. Etude des systèmes d’information boursiers et rédaction d’un cahier de charge
5. Certification professionnelle des intervenants de marché et de création du diplôme d’analyste financier.


Les consultations et travaux d’experts se sont fait tout au long du projet en étroite collaboration avec les banques, les personnels techniques des institutions de marché, les responsables institutionnels et les sociétés intéressées par le marché. L’approche participative a permis d’aborder le développement du marché financier sur un terrain concret et aboutir à des propositions partagées et structurantes.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Algérie 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe