Yasmina: Son défi d'être la 1ère femme Elue de sa commune

women smiling
Yasmina lors de la session de formation dans la Wilaya de Djefa . Crédit photo: Nassima Benzitouni/PNUD Algérie

Les réformes politiques en Algérie de 2012 ont permis de mettre en place un cadre légal accordant aux femmes 30% des représentations dans les assemblées élues.

Yasmina est juriste de formation, après avoir fini ses études elle se marie, après quelques années, elle ressort meurtrie de ce mariage. Issue d’un village de la Commune de Sidi Ladjel situé à 150 km du chef-lieu de la Wilaya de Djelfa (Djelfa est une ville située à 300 km au sud d’Alger) , il a fallu beaucoup de courage à Yasmina pour sortir de son statue de femme soumise. Etre une femme élue et participer à la vie politique a été un défi pour elle.  Comme pour la plupart des villages algériens, c’est le système patriarcal qui est régit, où la politique est réservée rien qu’aux hommes.

« J’ai bien du mal à réaliser où j’en suis aujourd’hui.. Pour une femme sortir tous les matins pour aller travailler et ensuite se présenter pour les élections locales est un grand affront aux regards des gens de mon village. Il a était très difficile au départ pour moi et pour ma famille de tenir tête »

A retenir

  • Les femmes remportent 146 sièges sur 462 sièges à pourvoir. Cette situation propulse l’Algérie de la 122ème place à la 26ème place mondiale et à la première place dans le monde arabe.
  • Le nombre de femmes élues aux élections locales est passé de 9% en 2007 à 16,66% en 2012. Ce taux demeure cependant faible. Il est justifié par la difficulté de trouver au niveau des communes un nombre requis de femmes pour figurer dans les listes.
  • 288 femmes élues des Assemblées Populaires Communales et des Assemblées Populaires de 5 Wilayas ciblées (Skikda, Saida, Bordj Bou Arreridj, Tamanrasset et Djelfa) ont bénéficié des formations.

Depuis 2015, le PNUD travaille en collaboration avec le Ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales et vise à renforcer les capacités et les connaissances des femmes élues sur les techniques de communications politiques, les techniques juridiques, la décentralisation et à l’analyse financière pour renforcer leur participation aux institutions politiques et gouvernementales et ainsi participer activement au processus de prise de décision. Ce projet cible non seulement les femmes élues au niveau local de différentes formations politiques mais aussi des femmes parlementaires nouvellement élues pour une approche plus inclusive de tous les citoyens dans les activités parlementaires.

Dans les cinq wilayas ciblées, que sont Skikda, Saida, Bordj Bou Arreridj, Tamanrasset et Djelfa, par le projet du PNUD « Appui à la participation effective et durable des femmes dans les assemblée élues » où le nombre de femmes élues locales est passé de 9% en 2007 à 16,66% en 2012, 288 femmes élues ont bénéficié de ces formations, parmi elles Yasmina.

Assister à une formation assurée par des expertes internationales est une aubaine pour Yasmina : « il n’est pas évident pour nous issues de communes éloignées comme les nôtres de bénéficier de formation de cette qualité et de ce niveau. Je fais 150 km allé et 150 km retour tous les jours afin d’assister à ces formations. Ces formations ont été bénéfiques pour moi à plusieurs niveaux : cela m’a permis de mieux comprendre en quoi consistait mon travail, auparavant je prenais action sans savoir que cela correspondait à la Démocratie Participative ou la décentralisation, par exemple et d’un autre côté cela m’a fortement motivé à me représenter pour les prochaines élections. A travers ces formations et échanges avec les formatrices j’ai compris l’importance d’avoir des femmes qui participent aux processus de prises de décisions et l’impact que cela aura sur la condition de la femme en Algérie dans le futur ».

Financé par le Royaume de Norvège et par le Canada, ce projet est en cours de discussion pour que d’autres femmes élues dans d’autres wilayas du pays puissent bénéficier de ce cycle de formations

« Quelle chemin parcouru depuis le 1er jour où j’ai décidé de sortir de chez moi pour aller travailler et devenir la 1ère femme élue de ma commune ». Yasmina est devenu à présent la fierté de son père et de son village, elle est devenue l’exemple à suivre pour beaucoup de jeunes filles de son village, souvent des pères accompagnés de leurs jeunes filles viennent la voir chez elle pour lui demander le chemin à suivre pour que leurs filles aient le même parcours qu’elle !