Fini de Naviguer à vue pour les Jeunes en Algérie

j
Younes, 22 ans, jeune entrepreneurs ayant bénéficié de la formation GERME©Nassima Benzitouni

Younes, 22 ans, est comptable au sein de sa propre entreprise d’ameublement et de décoration à Médéa, au sud-ouest d’Alger.

« Malheureusement, dans nos régions, nous manquons de centres d’orientation pour les jeunes demandeurs d’emplois. Même si nous avons des idées, nous ne savons pas comment les mettre en pratique, nous naviguons à vue » dit-il.

A retenir

  • • 60% de la population algérienne a moins de 35 ans, et le taux de chômage des jeunes s’élève à près de 25%
  • • Depuis février 2015, le projet a lancé plus de 1150 jeunes entrepreneurs dans 2 provinces du sud du pays
  • • Financée par le Japon à hauteur de 800 000 dollars US, l’initiative fait suite à un projet pilote facilitant le premier emploi des jeunes diplomés au chômage

Malgré des progrès notables ces dernières années, l’Algérie reste confrontée à de nombreux défis en matière de création d’emplois avec une population dont 60% a moins de 35 ans, et un taux de chômage des jeunes qui s’élevait à près de 25% pour les 16-24 ans en 2013.

Pour relever ce défi, l’Algérie a mis en place différents mécanismes, mais ces dispositifs restent insuffisants pour les 300 000 jeunes arrivant chaque année sur le marché du travail.

Certaines régions, en particulier au sud du pays, sont plus touchées par le manque d’opportunités d’emploi et d’entreprenariat que d’autres.

C’est pourquoi le PNUD, en partenariat avec le Bureau International du Travail, a lancé en février 2015 un projet pilote visant à promouvoir la création d’emplois et de revenus durables pour les jeunes d’Adrar et de Médéa, 2 wilayas (provinces) du sud.

Financé par le Gouvernement Japonais à hauteur de 800 000 dollars US, le projet permet de développer des projets et des initiatives innovantes favorables à la création de l’emploi au niveau local, comme le concept d’entreprenariat social.

L’approche repose sur une analyse des secteurs économiques stratégiques pour l’emploi des jeunes, l’amélioration des connaissances sur les attentes et les besoins des jeunes par la conduite d’une enquête de perception et la mise en réseau des acteurs impliqués dans le développement local.

La formation GERME (Gérez Mieux Votre Entreprise), suivie par Younes, accompagne les jeunes dans leurs démarches de création et de gestion de leur entreprise et leur donne les connaissances nécessaires pour la réalisation de projet-type identifiés par les analyses de marché. La formation dure 3 mois et a déjà permis de lancer plus de 1150 jeunes entrepreneurs (dont 30% de femmes) dans les deux wilayas.

Pour Younes, « cette formation m’a permis de mieux appréhender mon entreprise, à mieux organiser mes idées, mieux planifier, savoir comment faire au mieux pour rentabiliser mon entreprise en faisant les bons calculs et en tenant compte de tous les facteurs internes et externes comme le temps, le transport, chose que ne je ne faisais jamais ».

«  Cela me permettra non seulement de faire des bénéfices mais aussi d’agrandir mon entreprise et recruter d’autres jeunes » ajoute-t-il.

Ce projet s’inscrit en continuité avec un autre projet mis en œuvre par le PNUD de 2012 à 2014 pour aider les jeunes nouvellement diplômés et chômeurs à acquérir une première année d’expérience professionnelle dans des sociétés du secteur privé et d’autres institutions.

« Les jeunes ne sont pas un fardeau pour une société, au contraire, les jeunes jouent un rôle catalyseur pour développement humain et durable. C’est à travers eux qu’on crée les sociétés de demain,  et ils sont le moteur pour améliorer la qualité de vie des peuples et des nations » déclare Mme Cristina Amaral, Représentante résidente du PNUD en Algérie.

                                                                                          Par N.Benzitouni