Appui à la Participation Politique effective et durable des Femmes dans les Assemblées élues

Contexte

gParticipantes à la conférence sur la représentation des femmes dans les assemblées élues/ K Meyer-Seipp, UNDP ®

La Constitution de 1989 et la révision constitutionnelle du 23 février 1996 ont fondé en Algérie un système de gouvernance basé sur le pluralisme politique et introduit d’importantes réformes institutionnelles notamment l’instauration d’un Parlement bicaméral. La révision du 14 novembre 2008 de la loi fondamentale algérienne a constitutionnalisé les droits politiques des femmes. Un nouvel article, le 31 bis prévoit en effet que « l’Etat œuvre à la promotion des droits politiques de la femme en augmentant ses chances d’accès à la représentation dans les assemblées élues ». Cette nouvelle disposition constitutionnelle dont les modalités de mise en œuvre seront fixées par une loi organique, relative aux modalités augmentant les chances d’accéder aux assemblées élues des femmes (janvier 2012), est un pas vers une meilleure représentativité du parlement et des assemblées élues.   

L’impact de cette loi organique a été positif dans la mesure où elle a conduit a une augmentation de la proportion de femmes à l’Assemblée Populaire Nationale de 31% après les élections de mai, soit une augmentation de 21% par rapport a la législature précédente. Au niveau local, le pourcentage a bondi de 1 à 18 % de femmes élues dans les assemblées locales. L’Algérie est aujourd’hui, grâce a sa politique volontariste, le leader dans la région arabe en termes de représentation des femmes dans es assemblées élues, classée dans les 30 premiers pays a l’échelle mondiale.

Au-delà de l’augmentation en nombre, grâce à l’utilisation de diverses mesures législatives, le rôle et l’impact des représentantes élues doivent être appuyés pour aboutir à  Parlement plus sensibles au genre (en termes de réponse aux besoins et aux intérêts des hommes et des femmes dans ses structures, son fonctionnement, ses méthodes et travaux), de renforcer l’influence sur l’agenda politique et l’activité parlementaire et assurer un impact sur la législation et le droit des femmes.

Objectifs

xDébats sur le rôle des femmes en politique/ K. Meyer-Seipp, UNDP ®
 
 
Première phase
 
  • Formation des députés, groupes parlementaires et administration pour un engagement plus inclusif de tous les citoyens dans les activités parlementaires
  • Intégration des questions de genre dans le parlement
  • Débattre du travail des femmes parlementaires et de leur impact en tant que représentantes élues en matière de la promotion de l’égalité des sexes
Deuxième phase
 
  •  Une meilleure compréhension et l'intégration des questions d'égalité des sexes dans le Parlement
  • Renforcement de la représentation et l'action des femmes élues aux assemblées municipales et de la wilaya
  • Renforcement de la représentation et l'action des femmes élues à l'Assemblée nationale
  • Etablissement d’un réseau régional des femmes parlementaires en Afrique et dans la région MENA
  • Etablissement d’un mécanisme de coordination et de suivi pour la mise en œuvre de la Déclaration d'Alger
  • Evaluation de l'impact du système des quotas sur la participation politique effective des femmes en Algérie

 

 

 

 

Résultats attendus



Résultat 1

  • Mise à la disposition du Parlement d’une étude sur les techniques d’inclusion de la société civile (jeunes et femmes) dans le processus législatif
  • Formation d’un maximum de parlementaires aux techniques juridiques et financières
  • Validation au sein du parlement d’une charte de la représentation

Résultat 2

  • Organisation d’une conférence internationale sur les questions des quotas et représentation des femmes au parlement

Résultat 3

  • Consolidation d’un réseau de femmes parlementaires algériennes avec habilitation de promouvoir l’intégration des questions de genre, dans le parlement,  au niveau régional et national.

Résultat 4  

  • Renforcement des capacités des femmes élues dans 05 wilayas pilotes, qui a augmenté graduellement jusqu'à atteindre 12 wilayas en 2015 et 2016.

Résultat 5  

  • Elaboration d’un nouveau projet pour appuyer la participation politique de la femme algérienne

 

Bailleurs de Fonds

Bailleurs de Fonds Montant
Norvège
80 000 USD
Belgique (IPPI) 55 200 USD
ONU Femmes 18 600 USD
Royaume des Pays Bas 81 000 USD
Canada 50 000 USD
Royaume Uni 198 177 USD
PNUD Algérie                50 000 USD

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Algérie 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe