A propos de l'Algérie

77

l'espérance de vie à la naissance

33.3%

Représentation des femmes à l’assemblée populaire nationale (APN)

73%

Taux total d'alphabétisation des adultes

2.15%

Croissance démographique

9.7%

Taux de chomage

A propos de l'Algérie

Introduction

Baie d'AlgerBaie d'Alger/Farida Kebri, UNDP ®

 

Les différents plans de développement conduits par l’Algérie depuis une décennie ont entraîné une amélioration significative du niveau général de bien-être et de la qualité de vie des algériens.

Les lourds investissements publics ont concerné l’ensemble des secteurs, et particulièrement ceux en charge directe du développement durable, dans ses composantes développement économique, développement humain et environnement. Le dernier rapport du PNUD sur le développement humain, en classant l’Algérie parmi les 10 nations ayant réalisé les plus grandes avancées en matière d’indice de développement humain depuis 1970, ainsi que les rapports successifs des Nations Unies sur la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement, attestent de cette évolution positive. Celle -ci a, en outre, été accompagnée par le lancement de réformes dans divers secteurs économiques et sociaux, et par un retour marqué de la sécurité.

 

Histoire

De par sa position stratégique au carrefour de l’Afrique et de la Méditerranée, l’Algérie, située au Centre du Maghreb, a vu de nombreuses civilisations se succéder sur son territoire.

Les premiers indices de la présence humaine en Algérie remontent à plus d’un million d’années (homme de Ainhanech). Les premiers habitants berbères vivaient d’agriculture, de pastoralisme et de chasse.

Environ 800 ans avant J.C, les Phéniciens fondèrent de nombreux comptoirs sur la côte algérienne.

Pendant les guerres puniques qui ont opposé Carthage à Rome, le roi berbère Massinissa, s’est emparé de Cirta (l’actuelle Constantine) dont il fit sa capitale. S’en suivirent des révoltes contre les romains, les vandales  puis les byzantins.


En 647, les Arabes, s’établirent sous l’étendard de l’Islam, en Algérie. Les tribus berbères adoptèrent l’Islam massivement et contribuèrent largement à son expansion et à son rayonnement jusqu’en Andalousie.

Plusieurs dynasties, les Rostomides (776-909), les Fatimides (908-972),les Zirides (972-1148) les Hammadites  (1007-1152), les Almoravides(1052-1147), les Almohades(1147-1269) les Zianides (1235-1554)… furent parmi les royaumes qu’a connus l’Algérie entre les VIIIème et XVIème siècles.

 En 1587 l’Algérie devient régence ottomane jouissant, cependant, d’une large autonomie.

En 1830, débuta la colonisation française. Depuis cette date jusqu’au déclenchement de la guerre de libération nationale, le 1er novembre 1954, la puissance coloniale a dû faire face à la résistance du peuple algérien. L’indépendance de l’Algérie fut proclamée le 05 juillet 1962.

De 1962 à aujourd’hui, l’Algérie est passée par différentes phases tant sur le plan politique qu’économique. Dès l’accès à l’indépendance l’Algérie a opté pour un régime basé sur un parti unique et gestion socialiste de l’économie. Avant de s’orienter  vers l’économie de marché et le multipartisme à la fin des années 80.  

Défis

Un secteur public plus efficace, y compris la modernisation du secteur de la finance: L'Algérie est un pays à revenus intermédiaire qui connaît une phase de transition économique vers l'économie de marché, avec de vastes transformations de la demande sociale ainsi que son personnel administratif en raison de l'évolution rapide de la structure par âge de sa population

Le développement humain durable, y compris l'adaptation au changement climatique et la prévention des catastrophes naturelles ainsi que la gestion efficace de l'énergie: La protection de l'environnement et la prévention des catastrophes naturelles constituent deux des principaux défis de développement du pays.

Des mesures spécifiques de genre en conformité avec la nouvelle modification de la Constitution introduites en matière de droits des femmes: Le nouvel amendement constitutionnel introduit en Novembre 2008 stipule que l'État s'efforcera de promouvoir les droits politiques des femmes en élargissant leur représentation dans les assemblées élues. Cet effort s'inscrit dans l'engagement envers l'égalité des sexes manifesté par les autorités algériennes depuis qu'elle a retrouvé la souveraineté nationale en 1962, favorisée en partie par le rôle important des femmes dans la lutte pour la libération nationale. Afin de rendre effective cette modification d'une stratégie nationale pour l'intégration des femmes dans le cours, qui vise à promouvoir les droits des femmes ainsi que leur participation à la prise de décision politique, économique et social.

Promouvoir l'emploi des jeunes et la participation: les jeunes sont les plus durement touchés par le chômage et en particulier le groupe des 15 à 24 ans, où une personne sur cinq (21,5%) est sans travail. Chez les jeunes femmes, le taux de chômage est de 37,5% chez les jeunes hommes et 18,7%. Il s'agit donc d'une priorité pour le gouvernement et a conduit au lancement de différents programmes d'emploi tels que le dispositif d’aide d’insertion professionnelle (DAIP), un régime d'aides pour promouvoir l'employabilité des jeunes mis en place en 2008 et qui a contribué à créer 169 296 emplois en 2011.

 

Succès

vallée du MzabValleé du Mzab - Ghardaia/UNDP ®

La poursuite de la consolidation de l’Etat de droit comme condition fondamentale de la gouvernance et du développement, en particulier par la réforme de la justice et l’adoption de lois relatives à la lutte contre la corruption ainsi que par la mise en œuvre de mesures de modernisation de l’administration publique.

La levée de l’état d’urgence et la suppression de la peine d’emprisonnement pour délit de presse font partie des réformes récemment adoptées. De nouvelles réformes constitutionnelles portant sur le régime électoral, les partis politiques et la place des femmes dans les assemblées élues. En tant que pays ayant ratifié la Convention des Nations Unies contre la corruption, l’Algérie est également soumise  au mécanisme de l’Examen périodique universel  qui devra impliquer pleinement les organes nationaux récemment constitués en matière de prévention et de lutte contre la corruption.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Algérie 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe